Concert : l’Olympia teste un nouveau système anti portable

Pixabay
05 juillet 2018
Par Bertrand Loppin
Sortir son portable lors d’un concert sera peut être prochainement une habitude à oublier. L’Olympia vient de tester un nouveau dispositif anti portable. Il s’appelle Yondr. Il pourrait voir très prochainement son utilisation se généraliser.

C’est devenu comme une sorte de réflexe. A chaque concert, les artistes doivent faire face à des centaines de portables fièrement dégainés par le public. Les uns filment, les autres prennent des photos, le tout nourrit les réseaux sociaux. Sauf que cette frénésie pour l’utilisation du smartphone durant ces moments de live commence à énerver certains artistes. Ces derniers préféreraient avoir un public qui se concentre sur leur show plutôt qu’une bande de zombies hallucinés en train de pianoter frénétiquement sur leurs mobiles les yeux rivés sur l’écran.

Ainsi, l’Olympia vient de tester un nouveau dispositif. Cette salle de concert accueillait cette semaine un artiste qui a souhaité interdire totalement les portables durant son concert. Les spectateurs ont donc pu découvrir le dispositif Yondr. Concrètement, ils ont été accueillis à l’entrée de la salle par une armada d’hôtesses. Ces dernières leur ont demandé de déposer leurs portables dans une pochette en néoprène. À l’intérieur de la salle cette pochette s’est verrouillée, rendant impossible l’utilisation du mobile. Pour pouvoir retrouver l’usage de son mobile, il fallait sortir de la salle ou se trouver dans le hall.

Aux Etats-Unis, Yondr est utilisé depuis quatre ans. En France, cela pourrait bien se généraliser dans les prochains mois. Plusieurs artistes envisagent d’y recourir. Reste à savoir comment va réagir le public, privé de son objet fétiche. À noter que l’utilisation intempestive du portable n’est pas cantonnée aux salles de concert. L’entreprise californienne qui met à disposition Yondr a aussi été contactée par des universités françaises qui vont utiliser ce dispositif pour les cours en amphi. Certain tribunaux s’y intéressent également.