GHB GBL : la drogue tendance aux conséquences dramatiques !

Pxhere
18 avril 2018
Par Bertrand Loppin
Depuis quelques mois, la consommation volontaire mais aussi involontaire de GBL et de GHB s’intensifie dans les établissements de nuit parisiens avec des conséquences dramatiques. A la demande de ces derniers, les autorités ont décidé de réagir.

GBL et GBH : Ces mots ne vous disent peut être rien. Pour autant, ces produits sont dangereux et leur consommation est à proscrire. Elle peut tout simplement entrainer la mort. Le GHB est mieux connu sous l’appellation drogue du violeur. C’est un produit de synthèse. Il est utilisé en médecine comme un puissant anesthésiant ou pour soigner des troubles du sommeil. Le GBL (acide gammabutyrolactone) est un solvant industriel. Il se transforme en GHB une fois ingéré. Inodores et incolores, ces substances diluées dans des boissons sont indétectables. Mélangées à de l’alcool leur pouvoir toxique est démultiplié.

Or, une recrudescence de cas d’overdose au GBL a été constatée dans plusieurs établissements de nuit parisiens. En décembre, trois jeunes femmes ont été victimes de malaises et sont tombeés dans le coma au cours d’une soirée dans la boite Les Nuits Fauves. Elles avaient consommé du GBL. Le 10 mars, au club discothèque Petit Bain, deux amis ont ingurgité à leur insu ce même produit dilué dans une bouteille d’eau trouvée par terre. L’un des deux en décèdera quelques jours plus tard. Enfin, le 15 mars, au Grand Rex, deux jeunes femmes et un jeune homme, ont dû être hospitalisés après une surdose de GBL. Bilan : huit comas dont un mortel en trois mois.

Face à cette situation, le préfet de police de Paris a décidé de réagir. Dans une interview accordée au journal Le Parisien, il a annoncé un plan de lutte qui sera développé en trois axes : Le premier visera à renforce l'interdiciton ces produits et surtout leur importation avec la mise en place de différents mesures d’ordre juridique. Le deuxième consistera à travailler en partenariat avec les exploitants d’établissements de nuit pour faire face à l’intrusion de ces produits et protéger la clientèle. Enfin, le troisième mettra en place une campagne d‘information et de sensibilisation auprès du public sur les dangers trop souvent ignorés de ces substances.

Ce plan d’action devrait être opérationnel à partir de juin. En attendant, restez vigilant. Gardez un oeil sur votre verre ou votre bouteille et éviter de consommer des boisons dont vous ne connaissez pas la provenance ou qui n’ont pas été servies et conditionnées sous vos yeux. Pour ceux qui seraient tentés d’expérimenter ces produits, on vous rappelle qu’ils leur sont extrêmement toxiques et qu’ils mettent gravement en danger votre santé. Pour en savoir plus vous pouvez également consulter le site et la plateforme téléphonique de Drogue Info Services.